Cédric Paulin

Il y a plus de trente ans était votée la loi du 12 juillet 1983

[Cet article est initialement paru en février 2014] La réforme de la loi de 1983 a eu, comme bien souvent, pour effet de noircir a posteriori le texte autant que le cadre contextuel dans lequel elle a été adoptée. Cédric Paulin, chargé de mission à la Délégation interministérielle à la sécurité privée (Disp), revient sur les circonstances qui ont présidé à sa rédaction pour mettre à mal nombre d’idées reçues. Présentée aujourd’hui comme circonstancielle et défiante, car mettant fin à l’ère des « milices patronales » notamment, cette loi s’est non seulement avérée favorable au développement d’un marché de la sécurité privée, mais elle répondait aussi à un besoin croissant de sécurité quotidienne face à la hausse de la petite délinquance et des cambriolages dans les années 1980. Loin d’être une loi d’appoint, adoptée dans l’urgence, l’auteur rappelle que la loi de 1983 a été soigneusement préparée, expression d’un équilibre entre un changement du paradigme sécuritaire à cette époque (y compris au niveau européen) et une aspiration sociétale à la protection des libertés individuelles et collectives.

  Télécharger l’article [Il y a plus de trente ans était votée la loi du 12 juillet 1983] en version PDF   Au moment où, à peine codifiée dans le Livre VI du Code de la sécurit
Cet article est réservé aux abonnés
Vous pouvez acheter la revue ou vous abonner pour avoir un accès illimité aux articles.
Vous avez déjà un compte

Les articles à découvrir